Letondo de Pamela Badjogo : Un nouveau clip qui tease un nouvel album

Letondo de Pamela Badjogo : Un nouveau clip qui tease un nouvel album

Avec le clip « Letondo », Pamela Badjogo annonce la sortie d’un nouvel album prévu pour 2024. Le single a été dévoilé au public le 17 novembre 2023, affirmant davantage la position de l’artiste en tant que grande voix du continent africain. Dans ce projet, elle a confié la direction musicale au virtuose ghanéen Kwame Yeboah. « Letondo » est désormais disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Tout au long de l’année 2023, Pamela Badjogo a mené le projet audacieux consistant à revisiter toutes les chansons de son deuxième album, « Kaba« , à travers des collaborations de remix avec des DJs et rappeuses de divers pays. Cette initiative a insufflé une nouvelle énergie à l’album, lui donnant une seconde vie et ouvrant la voie à un prochain album prévu pour 2024.

« Letondo »: Une Ode à la Résilience pour annoncer l’album « YIEH » 

 L’album « YIEH” est annoncé pour le 26 janvier 2024 sous le label Raphia. Le clip « Letondo », réalisé par Citizen Jif, se déroule dans un univers visuel intriguant, empreint de symboles issus des rituels Bantu. L’utilisation de l’huile de palme et la plongée dans l’eau, symboles de purification et de régénération, reflètent la résilience et la renaissance personnelle de Badjogo. Nous somme dans l’inénarrable moment du deuil où la transition est un passage de la douleur au renouveau de la vie.

Musicalement, « Letondo » explore des sonorités bwiti, pygmées et mandingues qui se mêlent aux courants modernes afrobeats et new-highlife, offrant une célébration authentique de la richesse culturelle africaine à la manière de Pamela Badjogo.

Avec ce premier single, débute un voyage vers la découverte de l’album « YIEH », dont la réalisation artistique de Kwame Yeboah promet une fusion unique de soul, afrobeats, jazz et nu-highlife. Comme dans les eaux de Letondo, il se pourrait donc que ce soit une plongée dans les racines des traditions gabonaises, avec des vagues insaisissables de sonorités contemporaines d’Afrique de l’Ouest.

Tous les clips de Pamela Badjogo ici :

Pamela Badjogo : Parcours, Engagement et Activisme  

Née en 1982 à Libreville, Pamela Badjogo a débuté sa carrière comme choriste aux côtés d’artistes renommés tels que Salif Keïta, Oumou Sangaré, Matthieu Chedid, Tiken Jah Fakoly et Danakil. Sa carrière solo a commencé en 2015 avec un premier l’album intitulé « Mes Couleurs » sorti en 2016. Elle s’installe en France à parti de 2018, et lance le projet Kaba, son 2ème album enregistré entre Bamako, Accra, Berlin et Paris, qui voit le jour en 2021.

Au-delà de son parcours artistique, Pamela Badjogo est une femme engagée activement dans des causes sociales. En tant que co-fondatrice de l’ONG Moussoyayé Kobayé, elle combat les violences basées sur le genre. Ambassadrice de « Fées – ministres », elle soutient les femmes engagées dans des actions judiciaires contre les agressions domestiques, en France. En qualité de marraine de l’école Karama, elle participe activement aux activités qui sont menées pour la collecter de fonds en faveur de la scolarisation des filles au Mali.

Lire aussi :

KUNDE 2023 : Communiqué du commissariat général

KUNDE 2023 : Communiqué du commissariat général

Chers professionnels de la culture,

Chers professionnels du journalisme et de la communication,

Chers mélomanes,

Le Commissariat général des Kundé vous prie de trouver, les listes provisoires des œuvres musicales et des clips sortis entre le 1er mars 2021 et le 28 février 2023 et qui sont en lice pour la 21è édition des Kundé.

En vue d’aboutir à des listes définitives, nous souhaitons reçevoir vos contributions sur les oeuvres musicales ou les clips sorties et/ou diffusés entre le 1er mars 2021 et le 28 février 2023 qui auraient été omises (c’est à dire qui ne sont pas sur les listes) ou hors delai ( c’est à dire sortie en dehors de la période indiquée : entre le 1er mars 2021 et le 28 février 2023 ).

Veuillez préciser, si possible, si l’artiste est féminin, de musique traditionnelle ou religieuse, Artiste Burkinabe de la Diaspora (ABD), artiste Etrangers Vivant au Burkina (EVB) ou Kundéable (K) car n’étant pas à sa 1ère oeuvre ou ayant sorti plus d’un album. Nous vous prions de bien vouloir nous faire parvenir vos contributions par mail (bdjiga@yahoo.fr) ou par whatsapp (70250086 /76250086) au plus tard le vendredi 31 mars 2023.

Vous remerciant par avance pour votre disponibilité, nous attendons vos contributions

MERCI POUR TOUT !

Pour le Commissariat général des Kundé Boureima DJIGA, commissaire à la sélection

Officier de l’Ordre du Mérite

https://www.kunde.bf/communique-kunde-2023/

Fespaco 2023 : Discours du Président du Comité National d’Organisation

Fespaco 2023 : Discours du Président du Comité National d’Organisation

Discours de M Fidèle Tamini, Président du comité National d’Organisation de la 28ème édition du Fespaco à l’Occasion de la cérémonie d’ouverture, au Palais de la culture de Ouaga 2000

Le jeudi 2 février 2023, le ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme mettait en place le comité national d’organisation de la 28è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Le 2 février 2023, c’était donc parti pour la première phase d’un compte à rebours, une véritable course contre la montre ou devrais-je dire, une course de relais où le comité d’organisation et la Délégation générale du Fespaco devraient savamment se partager les tâches pour que se tienne dans les meilleures conditions la présente édition du plus grand festival du cinéma africain. Une édition de tous les enjeux au regard des crises multiformes que connaissent notre pays et le monde. C’est d’ailleurs pour contribuer à la résolution de cette crise que la présente édition a été placée sous le thème « Cinémas d’Afrique et culture de la paix ». 

Mesdames et messieurs

Les instructions ont été on ne peut plus claires « faire beaucoup, avec peu en peu de temps ». Mais gloire à Dieu ! Nous avions à nos côtés des Burkinabè ! Oui! Des hommes dignes, dévoués et patients qui pour les besoins de la cause se sont privés d’une bonne partie de leur temps de sommeil, du temps consacré à leurs activités quotidiennes pour que puisse se tenir la cérémonie de cet après-midi. Chers membres du Comité d’organisation, nous reconnaissons vous avoir trop demandé. Le fardeau était lourd. Merci de l’avoir porté. Merci de l’avoir fait pour le Burkina, merci de l’avoir fait pour le Fespaco.  À défaut de vous citer nommément, permettez-moi néanmoins de traduire mon admiration à l’endroit du Délégué général pour sa rigueur et son esprit de sacrifice. 

Mesdames et messieurs

Honorables invités,

La tache aurait sans doute été plus difficile encore si nous n’avions eu à nos coté ce frère qui a su et accepté partager nos charges. Je voudrais qu’on salue ici les frères maliens qui ont dit oui à notre invitation. Ils sont là avec une forte délégation conduite par le premier ministre lui-même, son excellence Choguel Maiga que je vous demande d’acclamer. Monsieur le Premier ministre, vous transmettrez au président et au peuple malien notre reconnaissance. Le Mali ne nous honore pas seulement avec cette délégation. C’est lui, pays invité d’honneur qui nous a offert ce magnifique podium, cette sonorisation, et d’autres surprises que vous découvrirez bientôt ici même ! 

Je voudrais aussi traduire ma reconnaissance et celle du comité d’organisation à tous les partenaires du Burkina qui ont apporté une contribution précieuse à la réussite de cette édition. 

Madame Monsieur, 

Que serait le Fespaco sans ces génies qui nous transportent dans des mondes merveilleux, ces hommes qui sont capables de nous parler de notre problème d’une manière qu’on ne saurait imaginer. Ce sont eux qui redorent notre image ! Ce sont eux qui nous magnifient ! Ce sont eux qui nous font rêver ! Traduisons notre gratitude à toutes les femmes, à tous les hommes du monde du cinéma. 

Chers cinéastes, nous sommes là pour vous et nous vous savons exigeants. C’est d’ailleurs cela qui fait la qualité de vos productions. Nous savons vos attentes nombreuses. Nous tâcherons de les satisfaire dans la mesure du possible. 

La cérémonie d’aujourd’hui n’est qu’une étape d’un long périple qui doit nous conduire au palmarès officiel de cette édition. C’était donc la première étape. Dès maintenant, débute la deuxième qui nous concerne le plus. C’est la partie la plus difficile, la plus pénible, la plus stressante pour tout le monde. Surtout les membres du jury et les artistes en compétition. Plaise à Dieu, tout se passera bien. Aux membres du jury, aux artistes en compétition, aux producteurs, aux chercheurs, aux jeunes apprenants, à tous les professionnels du cinéma, vous, chers festivaliers, vous êtes chez vous. Nous serons là à vos petits soins. Nous vous demanderons juste de respecter les consignes sécuritaires et sanitaires qui sont édictées ! 

Bonne fête du cinéma panafricain à tous et à toutes. 

Je vous remercie ! 

Fidèle Tamini

Ouverture du FESPACO : une cérémonie haute en couleur pour célébrer la résilience

Ouverture du FESPACO : une cérémonie haute en couleur pour célébrer la résilience

Considéré comme le plus grand festival du cinéma africain et de la diaspora, le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) s’est ouvert ce samedi 25 février 2023. Il se déroule dans un contexte sécuritaire difficile et a pour thème principal « cinémas d’Afrique et culture de la paix ». Pour cette 28ème édition, la cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des premiers ministres malien et burkinabè, au Palais des Sports de Ouaga 2000. Selon le public, les habitués de l’événement et les personnalités présentes, cette cérémonie a été un sans-faute avec des spectacles ponctués de discours qui ont galvanisé la foule de festivaliers. Les deux premiers ministres ont prononcé des discours pour souligner l’importance de la culture dans la lutte contre le terrorisme. Ils ont insisté sur le fait que le Burkina Faso et le Mali sont unis dans la lutte contre le terrorisme, se battant pour la liberté, la paix et la souveraineté. Les deux pays ont également souligné leur résilience face à cette menace.

Fespaco 2023
© FESPACO

FESPACO 2023 : « cinémas d’Afrique et culture de la paix »

La 28ème édition du FESPACO a pour thème « cinémas d’Afrique et culture de la paix ». Un thème important dans un contexte de crise sécuritaire. Le choix du thème vise à renforcer la résilience des populations. Il s’agit de mettre en avant les valeurs ancestrales et le vécu des populations. Les discours des officiels et les déclamations d’artistes ont souligné l’importance de la culture et de l’art dans la construction de la paix. Pour tous, maintenir cet événement international est un « acte de résistance pour un monde d’espoir ».

Après l’ouverture, place à la compétition

Le FESPACO 2023 met en compétition 170 œuvres, réparties dans 11 catégories, dont le long métrage, le court métrage, le documentaire, les séries télé, les films d’écoles et les films d’animation. Dans la catégorie majeure, le long métrage, 15 films sont en compétition pour décrocher le trophée de l’Etalon d’or de Yennega, la plus grande récompense du festival doté d’une enveloppe de 20 millions de francs CFA. Ces films représentent les différentes cultures africaines et reflètent les réalités socio-économiques et politiques de chaque pays. Une diversité qui est l’occasion pour les cinéastes de montrer la richesse de l’Afrique à travers le prisme de leur propre culture.

Que le/la meilleur.e gagne !

SOKO FESTIVAL 2023 : Une vision renouvelée en faveur de la professionnalisation de la filière musique

SOKO FESTIVAL 2023 : Une vision renouvelée en faveur de la professionnalisation de la filière musique

Yaar Music (Marché des Arts de la Scène et du Spectacle vivant) et Soko Festival vous donnent rendez-vous pour la 8 ème édition du Soko Festival. Evènement culturel, le Soko Festival se tient chaque début d’année au Burkina Faso et regroupe des professionnels de la filière musicale (managers, promoteurs de festivals, agents artistiques…). Cette année, deux dates ont été retenues. Découvrons ensemble le programme de ce festival. Comme à l’accoutumée, le Soko festival se tiendra à Ouagadougou, dans la capitale burkinabè et rassemblera une vingtaine de groupes et d’artistes en prestations live. Deux dates sont donc à surligner dans les différents agendas. Il s’agit des 11 & 12 janvier au Goethe Institut et des 13 & 14 janvier au CENASA. Une occasion pour les acteurs et festivaliers de débuter la nouvelle année dans une ambiance festive.


Un marché professionnel de musique

Cet évènement qui met en relief les talents musicaux a la particularité d’associer des défricheurs de talents, nouveaux comme anciens. En effet, les organisateurs du festival ont su créer un cadre propice de rencontres professionnelles afin de favoriser l’éclosion d’une carrière professionnelle pour les artistes et musiciens. On s’en rappelle du lauréat du Soko 2021, le groupe Aratan N’Akalle qui a effectué une tournée française de plus d’une dizaine de dates en septembre 2021. Produit par l’agence burkinabè CDC-CONNEXION, le groupe de blues touareg fut aussi programmé au FIMU (Festival International des Musiques
Universitaires) de Belfort.

Télécharger le programme de Faso Yaar Music ici

Une coloration musicale réservée aux mélomanes

Au programme de cette édition, des formations professionnelles sur la gestion de carrière artistique, des accompagnements pour des tournées et concerts, des concerts avec des artistes professionnelles et une scène découverte d’artistes émergents d’ici et d’ailleurs. Ainsi, le Soko Festival à travers Yaar Music se veut être une plateforme de promotion de la culture
africaine par la valorisation de son potentiel musical et linguistique.


Au nombre des talents attendus sur scène, une panoplie d’artistes et de groupes originaires du Burkina et d’autres contrées telles que le Mali. Il s’agit du groupe Nourat et Les Lions, auteur d’un nouvel album « Pectoral ». Par ailleurs, le duo malien Mande sérê et la chanteuse Mariam Koné représenteront le Mali à ce festival. Retrouvez-y également des artistes du
terroir comme Smarty et bien d’autres.

 » SO WOK  » : 5ème album de Alif Naaba, disponible ce 11 juin 2021

 » SO WOK  » : 5ème album de Alif Naaba, disponible ce 11 juin 2021

Le prince aux pieds nus, tel qu’on l’aperçoit toujours lors de ces prestations, revient sur le devant de la scène musicale avec ce cinquième album.

De son vrai nom Noura Mohamed Kaboré, il fut meilleur artiste au KUNDE-2014 et obtint en 2017 un disque d’or pour sa collaboration avec le groupe français DUB INC. Ses initiatives : « PAONGO », centre de création consacré au monde des arts et des rencontres Musicales Africaines (REMA).

Composé pendant environ sept ans, l’album  » SO WOK « , très acoustique a été annoncé par un premier titre à succès « GOMDÉ », paru le 8 décembre 2019, dont le clip a été tourné en Côte d’Ivoire, précisément à Bassam.

Des arrangeurs nationaux et internationaux et d’autres artistes burkinabè, tels que la chanteuse Kanda Guira (titre vie chère) et le rappeur Smarty ont pris part à ce grand projet musical, afin d’apporter plus d’originalité aux compositions.

Album répondant aux réalités africaines du moment

Rythmé aux sonorités d’instruments traditionnels et modernes, cet album prend en compte le contexte socio-sécuritaire, dans lequel se trouve son pays, le Burkina Faso, en appelant le peuple à garder espoir, à être fort et à se battre.

Pour plus de diversité, il se penche aussi sur la question d’emploi, de l’amour, la préservation de l’amitié.

L’artiste donne rendez-vous le 11 juin 2020 sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement légales.