Imaginez-vous dans votre jardin, cour ou salon, au crépuscule ou pendant la nuit, les lumières tamisées. Une mélodie s’élève dans l’air, attirant l’attention de vos voisins sans les importuner. Rapidement, les instruments se mêlent, transformant votre espace intime en un lieu de festivités. Voici l’essence même du Festival Salon Musique. Né en 2018, cet événement musical pourrait devenir le Festival d’Avignon de la musique, et il se déroule à Ouagadougou, au Burkina Faso. Il est le fruit de la vision audacieuse de Patrick Kabré, un artiste musicien mi-révolutionnaire, mi-excentrique, qui repousse les limites pour apporter des réponses courageuses à la crise sécuritaire secouant le Burkina Faso depuis 2015.

Installation du Festival SALON MUSIQUE en 2020 dans un quartier

Le Festival Salon Musique transcende les conventions et les convenances. Le concept est simple : aller directement à la rencontre du public dans ses espaces intimes. Salons, jardins, quartiers huppés ou populaires deviennent les scènes de ce festival, où musiciens, chanteurs, conteurs et danseurs croisent leurs talents pour une soirée festive. C’est à la fois fou, ambitieux, courageux et évident… Le public ne vient plus aux concerts live, alors déplaçons les concerts chez le public. À sa création, l’idée du Salon Musique est de défier la peur post-attentats, de devenir un acteur clé de la résilience citoyenne. L’objectif ? Restaurer l’âme culturelle du Burkina Faso en proposant des alternatives aux lieux de rassemblement traditionnels.

Depuis ses débuts, le Festival Salon Musique a changé la dynamique entre le public et les événements culturels. Alors que la fréquentation des lieux traditionnels diminuait, cet événement itinérant a réanimé l’esprit festif et culturel. Les artistes, par leur présence dans les espaces privés, établissent une connexion plus intime avec le public, brisant les barrières des lieux formels.

La vision du festival va au-delà de simples prestations artistiques. Durant les concerts de Salon Musique, le public n’est pas un simple spectateur, mais un participant actif dans la création d’une atmosphère culturelle significative. En se déplaçant à travers divers quartiers et espaces, le Festival Salon Musique devient un catalyseur pour l’inclusion culturelle et le partage entre communautés. Il s’inscrit pleinement dans une démarche de renouveau culturel, apportant une bouffée d’air frais dans un contexte où les formes traditionnelles de divertissement peinent à attirer le public.

« Ça Va Aller ! », la 7ème Édition et ses Invités

En ce mois de janvier 2024, le Festival Salon Musique se lance avec optimisme, portant l’espoir du thème « Ça Va Aller ! ». Cette expression couramment utilisée au quotidien n’est pas simplement pour rendre la vie supportable, mais aussi parce que la construction commune d’un cercle d’espoir est essentielle pour affronter la crise que traverse le pays. En collaboration avec Diacfa et Labis, le comité d’organisation a concocté un programme exceptionnel.

Le concert d’ouverture, prévu le 13 janvier à l’Hôtel Ricardo, promet une soirée exceptionnelle avec la présence de Smockey, une figure emblématique du Rap africain. Artiste activiste burkinabè, il a marqué la scène musicale depuis ses début il ya plus de 23 ans avec ses œuvres politiquement engagées, son label Abazon propulsant des talents underground, et son engagement dans des mouvements citoyens tels que le Balai Citoyen. Smockey va au-delà du simple statut d’artiste, devenant un véritable porte-étendard de la voix citoyenne. Cette personnalité influente a laissé une empreinte mémorable avec des albums tels que « Épitaphe », “Votez pour moi” et « PRE’VOLUTION ».

Le couple ATT et Awa SISSAO

Le Festival Salon Musique offre une diversité de styles musicaux et plus encore. Après le concert de Rap du 13 janvier, un concert mandingue au Restaurant l’Atelier le 18 janvier mettra en vedette le couple ATT et Sissao. Deux artistes aux parcours exceptionnels, figures importantes d’une nouvelle génération mandingue burkinabè. Elle, Sissao, championne des droits des femmes et ambassadrice de l’autonomisation économique des femmes, a réussi à marier musique et activisme social. Ses albums « Destin » et « Benkandi » témoignent de son engagement envers la cause féminine. Lui, ATT, l’Artiste Tout Terrain, incarne la richesse de la musique mandingue. Issu d’une famille de griots, il a élargi les horizons de la musique mandingue en fusionnant des influences blues, jazz et rock, créant ainsi ce qu’il nomme avec fierté l’afro-mandingue. Mariés depuis quelques années, Sissao et ATT parcourent les scènes, leurs voix et leur complicité ajoutent une saveur particulière aux soirées et cérémonies à travers tout le pays.

Le festival ne se limite pas à la musique, il également la scène à l’artiste Thomas Combary. Son spectacle « Walaiii » au Labis Ouaga le 20 janvier, suivi d’une scène ouverte, présente un texte du dramaturge et comédien NOYELLE Pascal, mis en scène par SIE Palenfo.